Mettre en place une signalétique accessible

Une signalisation efficace doit être vue, lue et comprise. On parle de signalétique accessible car celle-ci doit prendre en compte l’ensemble des individus et faciliter l’accès à l’information aux personnes en situation de handicap. Découvrez tous nos conseils pour une signalisation intérieure efficace et aux normes dans les établissements recevant du public (ERP).

signalétique en braille

Sommaire :

Que dit la loi ?

Les normes d’accessibilité sont régies par la loi du 11 février 2005 pour l’Égalité des Droits et des Chances, la Participation et la Citoyenneté des Personnes Handicapées. Elle aborde un ensemble de mesures qui visent à faciliter le quotidien des personnes en situation de handicap.

On compte notamment, parmi ces réglementations, l’accessibilité des établissements recevant du public. Le Code de la construction et de l’habitation et en particulier les articles R 111-19-7 à R. 111-19-11 fixent un ensemble de dispositions à ce propos pour les ERP avec deux arrêtés : celui du 8 décembre 2014 pour les bâtiments existants et celui du 20 avril 2017 pour les bâtiments neufs.

A quoi sert la signalétique dans un ERP ?

La signalétique dans un établissement recevant du public regroupe un ensemble d’informations et d’indications dans l’enceinte et à proximité du bâtiment. Elle se présente sous différentes formes : panneaux, marquage au sol, totem, plaques de portes, adhésifs… Tous ces éléments communiquent une information à tous les visiteurs de l’établissement, qu’ils soient en situation de handicap ou non. Quelle que soit sa forme, la signalisation au sein d’un bâtiment répond à plusieurs objectifs :

  • Guider les visiteurs pour accéder au bâtiment
  • Les aider à se déplacer au sein de l’établissement
  • Identifier les différents lieux et services dans le bâtiment pour en faciliter l’accès
  • Assurer la sécurité de tous

Qu’est ce qu’une signalétique accessible ?

Accessible signifie que l’information est à la portée des personnes en situation de handicap, qu’il s’agisse d’un handicap moteur, sensoriel ou mental. Ainsi, la signalétique n’est pas seulement visuelle. Elle peut aussi être tactile et podotactile ou sonore.

En effet, selon le handicap de la personne, les indications signalées ne sont pas perçues de la même manière. Il vous faut donc vous adapter.

Par exemple, pour une personne en fauteuil roulant, il faut prendre en compte la hauteur des panneaux pour qu’elle puisse les lire tout en étant assise. Une personne malvoyante peut avoir des difficultés pour se repérer dans l’espace, il lui faut donc une signalétique adaptée en se basant davantage sur d’autres sens comme le toucher ou l’ouïe. Enfin, on va davantage accentuer la facilité de compréhension des messages pour des personnes avec un handicap mental.

Les grands principes de la signalétique accessible

C’est donc l’ensemble de la signalétique qui est concernée par l’accessibilité. Celle-ci répond à trois grands principes. Elle doit être :

  • Visible
  • Lisible
  • Compréhensible

Dans cet article, nous allons nous pencher plus en détail sur ces trois points, en particulier sur la signalisation à l’intérieur de vos bâtiments.

La visibilité

Avant même de parler du message, le support sur lequel ce dernier s’affiche doit être visible. Lorsque vous entrez dans un bâtiment, vous devez être en mesure de repérer aussitôt panneaux et autres indications. Pour cela, plusieurs règles sont à respecter.

D’abord, pensez à placer votre signalétique accessible à des endroits stratégiques : à l’entrée avec éventuellement un plan avec les différentes destinations possibles, au croisement des couloirs et à chaque étage au niveau des escaliers et ascenseurs.

La personne doit pouvoir lire un support de signalisation, qu’elle soit en position debout ou assise. Il doit être suffisamment grand et positionné à la bonne hauteur. Celle-ci dépend du type de support :

  • Pour la signalétique éloignée, comme une panneau “Réception” au dessus d’un comptoir d’accueil, il est recommandé de le placer à environ 2m20 au-dessus du sol
  • La signalétique en braille doit être positionnée à une hauteur comprise entre 90 et 130 cm.
  • Enfin pour toute autre signalisation comme les panneaux directionnels ou numéros de chambres d’un hôtel, la hauteur est de 160 cm maximum.

S’il est situé à une hauteur inférieure à 2m20, une personne malvoyante doit pouvoir identifier le panneau à moins d’1m. Il faut bien entendu éviter tout obstacle pour pouvoir s’approcher suffisamment du texte.

L’un des éléments essentiels pour une signalisation bien visible est le contraste par rapport à son environnement. Elle doit ressortir suffisamment. Par exemple, vous n’allez pas mettre un panneau blanc sur un mur blanc, il ne se verra pas assez. Privilégiez des tons sombres sur des surfaces claires et inversement.

Faites également attention à la luminosité. Les supports doivent se situer dans des endroits suffisamment éclairés mais privilégiez l’éclairage indirect pour éviter les effets d’éblouissements. Si le lieu n’est pas assez éclairé, il existe des panneaux photoluminescents.

La lisibilité

La signalétique vise à véhiculer un message. Il faut donc que celui-ci soit lu. Voici nos conseils pour une lisibilité optimale :

Si nous avons parlé du contraste du support avec son environnement, il en est de même au sein de votre signalétique accessible. Votre texte et vos pictogrammes doivent ressortir du fond du panneau ou de la plaque. Les personnes malvoyantes détectent peu ou ne voient pas les couleurs. Elles sont en revanche sensibles aux contrastes.

Idéalement, il est conseillé d’opter pour une écriture foncée sur un fond clair (exemple : noir sur fond jaune) ou bien un texte clair sur un fond foncé (exemple : blanc sur rouge). A noter qu’il faut éviter de multiplier les couleurs pour ne pas créer de confusion.

Pour évaluer le bon choix de couleurs, vous pouvez consulter ce tableau des contrastes. La lisibilité est considérée comme optimale au delà de 70%. L’autre élément à prendre en compte pour une meilleure lisibilité de votre signalétique : la taille des lettres. Tout dépend du type d’information que vous souhaitez communiquer.

  • Pour une information d’orientation, la taille minimale s’élève à 15 mm.
  • La hauteur des caractères est de 100 mm minimum pour le numéro et la dénomination des bâtiments sur la façade.
  • Pour les autres textes, la taille des caractères ne peut être inférieure à 4,5mm

La compréhension

Tout individu, en entrant dans votre bâtiment doit donc pouvoir lire l’ensemble de votre signalisation mais surtout il doit la comprendre ! Une signalisation compréhensible c’est :

  • Un message clair : simple et court, une seule information par support
  • Une signalétique homogène : veillez à utiliser les mêmes mots pour désigner les différents lieux mais aussi le même code couleur, la même taille. Cela permettra aux personnes de repérer encore plus facilement les indications dont ils ont besoin.
  • Utilisez des pictogrammes normalisés si ces derniers existent. Depuis l’arrêté du 20 avril 2017, l’information écrite doit obligatoirement accompagner le pictogramme.
  • Pour la signalétique de sécurité, le sens du message est renforcé par une couleur et une forme spécifique : rond rouge pour une interdiction, rond bleu pour une obligation, triangle jaune pour annoncer un danger…
  • Pour que le texte soit facile à lire, utilisez une police de caractères standard avec des lettres bâton.

Une signalétique accessible en braille

Les personnes malvoyantes doivent pouvoir lire les informations indiquées par votre signalétique au même titre que les autres. Elles vont notamment utiliser le toucher pour se repérer. Pour cela, vous allez utiliser des lettres en reliefs et une signalétique en braille.

Bien circuler dans l’établissement

Avec ou sans handicap, la signalétique doit vous permettre d’accéder facilement et rapidement à l’information. Elle va vous aider à vous repérer à l’intérieur du bâtiment pour trouver le service dont vous avez besoin. En plus des conseils mentionnés précédemment dans cet article, voici les bonnes pratiques pour respecter la chaîne d’information.

Les panneaux et autres supports d’information doivent être suffisamment proches les uns des autres. S’ils sont trop espacés, vous allez créer une rupture de l’information qui peut désorienter le public.

Un établissement peut être composé de plusieurs étages et de plusieurs couloirs et sans indications claires, cela peut s’apparenter à un véritable labyrinthe. D’où l’importance de renforcer votre signalétique accessible aux points de décision pour éviter les hésitations.

Vous devez indiquer la bonne direction aux croisements de couloirs, en haut des escaliers ou encore à la sortie d’un ascenseur.

Pensez au bon fléchage dans vos bâtiments. Celui-ci doit être clair et homogène. Soyez vigilant à la bonne orientation de la flèche et placez-en régulièrement.

Bien sûr, les deux sens de circulation sont à prendre en compte. Pensez à orienter les personnes qui circulent dans vos locaux vers vos services mais aussi vers la sortie.


Tous ces éléments vont vous permettre de renforcer l’accessibilité de vos locaux. Dans cet article, nous avons essentiellement évoqué les supports d’information. Vous devez bien entendu mettre en place un certain nombre d’aménagements pour rendre votre établissement accessible : bande d’aide à l’orientation, dalle podotactile, bandes de vitres, nez de marche, rampe d’accès… Vous pouvez également retrouver nos conseils pour l’aménagement de sanitaires PMR.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *